La 5G, ses implications sécuritaires et l’angle de la Chine

La nation attendait patiemment la vente aux enchères de bandes de fréquences requise par les entreprises de télécommunications (télécommunications) pour commencer le processus de déploiement de l’infrastructure 5G.

Par Brig Akhelesh Bhargava (retraité)

Lors du discours du budget du 1er 22 février, le ministre des Finances a fait une annonce concernant les revenus qui seraient générés par la mise aux enchères des bandes de fréquences pour la 5G. La nation attendait patiemment la vente aux enchères de bandes de fréquences requise par les entreprises de télécommunications (télécommunications) pour commencer le processus de déploiement de l’infrastructure 5G. Bien que les grandes entreprises de télécommunications, principalement Bharti Airtel et Reliance Jio, ont travaillé d’un ton fébrile sur la technologie 5G sans revenir en arrière à cause du CoronaVirus, cette annonce a certainement donné le coup d’envoi au déploiement de la 5G en Inde.

Les entreprises de télécommunications mondiales ne veulent pas manquer le déploiement du réseau 5G en Inde car il générera des milliards de dollars de revenus. Initialement, le gouvernement indien (GoI) avait indiqué qu’il n’autoriserait pas les entreprises de télécommunications chinoises à participer au déploiement de la 5G en Inde. En conséquence, la Chine a averti l’Inde que si cela se produisait, il y aurait également des “sanctions inversées”. Plus tard, le 30 décembre 2019, le ministre des Télécommunications de l’époque a annoncé que les régulateurs effectueraient des tests pour le déploiement de la 5G et ont demandé de nouvelles offres aux entreprises de télécommunications dans les 10 jours (10 janvier 2020). Les tests des services 5G qui devaient inclure des entreprises chinoises, dont Huawei et ZTE, ont été retardés en raison de modalités telles que la tarification et la durée d’occupation.

Après l’incident “Doklam” suivi de tensions le long de la frontière chinoise, il n’y a eu aucune autre déclaration ou clarification sur la 5G par le gouvernement de l’État jusqu’à cette annonce. Il est important de comprendre que tout ce qui utilise des bandes de fréquences de communication peut être intercepté, imité, manipulé et utilisé à mauvais escient. Lorsque la communication est liée à la sécurité (surveillance, renseignement, contrôle, lié à l’espace) et au fonctionnement du gouvernement, etc. cela devient encore plus critique. Si les fréquences sont connues, elles peuvent être utilisées pour inciter l’adversaire à interpréter les données et créer de la confusion. Une façon de réduire cela consiste à chiffrer les données, tant que les routeurs, les serveurs et l’équipement de chiffrement sont fabriqués par le pays hôte. Malheureusement, la plupart des équipements ci-dessus sont également fabriqués en Chine et importés de Chine. Ceux fabriqués par Nokia, Samsung ou d’autres ont été écartés en raison de facteurs de coût (en raison du concept du plus offrant).

La Chine est toujours à la recherche d’opportunités découlant de projets d’infrastructure dans des pays du monde entier, pour lesquels des appels d’offres mondiaux sont lancés. Le gouvernement chinois encourage ses entreprises à participer et à remporter des commandes. L’objectif est toujours principalement lié à l’amélioration de leur empreinte dans d’autres pays et à l’obtention d’informations liées à la sécurité en tant que bénéfice indirect. La Chine a été l’une des premières à initier et à promouvoir le développement d’équipements liés à la 5G et ses entreprises, en particulier Huawei et ZTE, se sont préparées à la 5G, tant en termes de matériel que de logiciel. Le coût de leur équipement était une fraction de celui développé par Nokia ou Samsung et donc très compétitif. En dehors de cela, leurs ordinateurs étaient également compatibles avec la 4G et étaient donc multifonctionnels. D’autres pays, dont les États-Unis, qui ont commencé tardivement, n’ont pas pu égaler le coût des équipements fournis par Huawei. En outre, les Chinois ont rapidement demandé et obtenu des droits de propriété intellectuelle (DPI) pour des technologies de niche.

L’intelligence artificielle (IA), l’analyse de données, l’exploration de données volumineuses et l’apprentissage automatique sont des domaines qui bénéficieront de la 5G et la Chine est loin devant. Les Chinois sont des experts en collecte de données et en collecte de renseignements. Selon les règles, les entreprises chinoises sont tenues d’informer le gouvernement chinois de “toute information pouvant être utile à la sécurité nationale” ou, en d’autres termes, de faire de l’espionnage. La participation des travailleurs chinois peut impliquer un compromis dans les informations relatives aux éléments suivants :

  • La fréquence et la quantité d’allocation de bande passante pour plusieurs zones.
  • Réserves exprimées par les armées sur certaines fréquences utilisées dans certains équipements comme les radars de surveillance et de défense aérienne tactique. Le blocage des fréquences mentionnées ci-dessus révélerait inévitablement la fréquence / bande de fréquences spécifique utilisée par les forces armées indiennes.
  • Caractéristiques et identification des équipements utilisés par les entreprises indiennes.
  • Priorisation des zones urbaines, semi-urbaines, rurales et frontalières dans le déploiement du réseau 5G.

Bien qu’ils se soient améliorés ces dernières années, en Inde, les choses avancent lentement et chaque projet d’infrastructure est loin derrière. Pour figurer parmi les leaders mondiaux de la 5G, l’hypervision aurait dû être là. Lorsque la 4G est née, la Chine était assez intelligente pour commencer à développer simultanément la technologie 5G. Il a veillé à ce que, dans la mesure du possible, les fonctionnalités compatibles 5G soient intégrées à l’infrastructure 4G. Le coût a été automatiquement réduit pour chaque 5 miles carrés de déploiement d’infrastructure 5G.

Les entreprises indiennes avaient pris des équipements Huawei même pour 2G, 3G et 4G et les mêmes ont été déployés à grande échelle. Cependant, en raison de sa fréquence de fonctionnement est dans une bande beaucoup plus basse et Télécharger la vitesse est beaucoup plus lente; les questions de sécurité n’étaient pas si sensibles. Rétrospectivement, permettre à un pays (considéré comme un « adversaire ») de s’engager dans une activité de base (telle que les télécommunications) revient à inviter le diable à déjeuner. En tant que nation, nous avons couru le risque de déployer d’abord l’équipement d’infrastructure de télécommunications qui a été importé de notre adversaire la Chine, puis, à certains endroits, nous avons permis à ses travailleurs qualifiés (y compris des militaires en costume de civil) de les aider à le déployer. . En fait, cela a été une grave erreur irréversible. Ce qui a été fait est fait mais pas fait et doit être corrigé.

En mai 2019, les États-Unis ont placé le géant chinois de l’électronique sur une liste noire commerciale. Ils ont évoqué des préoccupations concernant la sécurité nationale du pays. La décision a poussé presque toutes les entreprises américaines à rompre leurs liens avec Huawei. Au-delà de cela, les États-Unis ont également demandé à leurs alliés de ne pas utiliser les équipements de télécommunications fabriqués par Huawei. Les États-Unis ont affirmé que la Chine pourrait exploiter le matériel de télécommunications et espionner les communications. Selon des rapports précédents, les États-Unis ont tenté de s’assurer que Huawei reste en dehors de l’infrastructure 5G dans le monde. En conséquence, Huawei a subi d’énormes pertes de revenus s’élevant à plus de 30 % au cours de l’exercice 2021 par rapport à l’exercice 2020.

La Chine dépend fortement des États-Unis pour les puces et essaie actuellement de se rattraper avec sa propre fabrication. Pour être un en Chine, les États-Unis ont commencé à travailler de manière proactive sur la 6G. La même chose a été reprise par l’actuel ministre des Télécommunications ; un grand pas en avant.

Ce qui est surprenant, c’est que les entreprises de télécommunications indiennes maintiennent toujours des accords avec les entreprises de télécommunications chinoises. Est-ce parce qu’ils achètent de l’équipement depuis le début et ont besoin d’équipement compatible ou est-ce le facteur coût? Le 7 février 22, Bharti Airtel a passé une commande auprès de Huawei pour Rs 150 crore. L’année précédente, il avait passé une commande d’une valeur de 300 millions de roupies. Les commandes ont surtout consisté à étendre leur réseau. De même, Vodafone a passé une petite commande à ZTE pour environ 15 millions de roupies. La demande de smartphones en Inde a augmenté d’année en année ; avec 2021 avec la plus forte croissance. Étonnamment, la part des entreprises chinoises a été phénoménale, Xiaomi (24 %), Vivo (15 %), Real (14 %) et Oppo (10 %), qui totalisent 63 % des téléphones portables vendus en Inde. Ce sont des téléphones bas de gamme et leurs puces sont fabriquées en Chine même. Il y a toujours une question sur le fait que ces téléphones soient facilement piratés ou pillés ou qu’ils aient une puce intégrée qui peut être activée à volonté si nécessaire.

C’est bien d’obtenir l’offre la moins chère, mais devez-vous vous dépêcher au risque de compromettre la sécurité nationale ? Sachant très bien que les Chinois sont loin devant en 5G et ne peuvent pas égaler ; L’Inde devrait continuer à améliorer sa couverture 4G et se concentrer avec enthousiasme sur la technologie 6G. Le soutien du gouvernement est nécessaire et ne devrait pas être retiré du financement de la recherche. Les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et d’autres n’ont pas décidé de se détourner de Huawei et de ZTE. Si nous suivons le bon chemin ou tombons dans un piège, seul le temps nous le dira. Pour le moment, nous ne pouvons que prier pour un chemin éclairé !

(L’auteur est un vétéran de l’armée indienne. Les opinions exprimées sont personnelles et ne reflètent pas la position ou la politique officielle de Financial Express Online. La reproduction de ce contenu sans autorisation est interdite.)

Télégramme Financial Express Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et restez au courant des dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Leave a Reply

Your email address will not be published.