Anna Hazare suspend sa grève de la faim contre la politique du gouvernement du Maharashtra en matière de vin

La militante sociale Anna Hazare a décidé de suspendre sa proposition de grève de la faim à partir de lundi contre la décision du gouvernement du Maharashtra d’autoriser la vente de vin aux supermarchés et aux épiceries, affirmant que le gouvernement de l’État a assuré qu’il tiendrait compte des opinions des citoyens avant d’aller de l’avant avec politique. . Un « gram sabha » a eu lieu dimanche dans la ville natale de Ralegan Siddhi à Hazare, dans le district d’Ahmednagar.

“J’ai dit aux villageois que maintenant le gouvernement de l’État a décidé de présenter la décision du cabinet aux citoyens pour leurs suggestions et objections et ce n’est qu’après leur assentiment que le gouvernement prendra une décision finale. J’ai donc décidé de suspendre la famine. de demain grève “, a déclaré plus tard Hazare.

Il y a quelques jours, Hazare avait écrit une lettre au Premier ministre Uddhav Thackeray, disant que le peuple de l’État avait exigé que la politique autorisant la vente de vin aux supermarchés et aux magasins de visite soit rétablie immédiatement.

Dimanche, lors de la réunion dans son village, Hazare a déclaré qu’il y avait beaucoup de bars à bière, de permis et de magasins pour vendre du vin, alors pourquoi le gouvernement veut-il en vendre aux supermarchés et aux épiceries ?

Vous voulez répandre la dépendance? Il a demandé.

“Lors d’une discussion avec des représentants du gouvernement du Maharashtra, je leur ai dit que je ne voulais pas vivre dans l’État, après quoi le gouvernement a commencé à reconsidérer sa décision”, a déclaré le militant.

Hazare a déclaré que le vin n’est pas la culture du Maharashtra, où Chhatrapati Shivaji Maharaj et Saint Tukaram Maharaj vivaient autrefois.

“Vendre du vin dans les supermarchés détruira notre culture”, a-t-il déclaré.

Hazare a déclaré que lorsque des représentants du gouvernement de l’État sont venus le rencontrer, il leur a dit qu’ils auraient dû prendre en compte les opinions des gens avant de décider de la politique du vin.

Ici, c’est la démocratie et non la dictature. Par conséquent, la décision ne devrait être prise qu’après avoir sollicité les suggestions et les objections des citoyens, et les gens devraient avoir trois mois pour exposer leurs points de vue, a-t-il déclaré.

Leave a Reply

Your email address will not be published.