La guerre contre les jeux d’occasion

Alors que nous nous préparons pour la prochaine vague de systèmes de nouvelle génération, nous devrions anticiper des améliorations sur toutes les bonnes choses que nous associons à la génération actuelle de systèmes. À l’avenir, nous nous attendons à : de meilleurs graphismes, des processeurs plus rapides, des jeux plus attrayants, vous voyez l’idée. Mais tout ce que nous prévoyons ne sera pas un mouvement progressif pour les jeux. Au moins, en ce qui concerne Sony et Microsoft, vous pouvez dire adieu aux jeux d’occasion sur leurs systèmes. Bien que ce ne soient que des rumeurs à ce stade, il ne serait pas surprenant qu’elles se concrétisent. C’est très plausible, surtout si l’on considère que plusieurs éditeurs de jeux ont déjà tiré sur le marché des jeux d’occasion.

Le plus notable est Electronic Arts (EA), qui est devenu le premier éditeur à instituer la pratique consistant à facturer aux joueurs, qui achetaient des jeux d’occasion, des frais pour accéder aux codes fournis avec le jeu. Pour élaborer, les codes de contenu téléchargeable (DLC) sont inclus avec les nouvelles copies d’un jeu particulier et ce n’est qu’avec ces codes que l’on peut accéder à ce contenu. EA a élargi son projet pour inclure les jeux d’occasion en ligne. Les joueurs devraient désormais payer 10 $, en plus du coût du jeu d’occasion qu’ils ont acheté, afin d’avoir accès aux composantes en ligne de leur jeu. Ubisoft a depuis emboîté le pas, exigeant également un laissez-passer en ligne pour ses jeux. Vous pouvez identifier les jeux qui nécessitent un laissez-passer en ligne car ils portent le logo “Uplay Passport” sur la boîte.

Ubisoft a décidé d’aller plus loin et de mettre en œuvre la gestion des droits numériques, une pratique plus souvent associée aux efforts de lutte contre le piratage de DVD ou de CD. Assassins Creed 2 a été le premier jeu à être affecté par cette pratique. Pour jouer à la version PC d’Assassins Creed 2, les joueurs doivent créer un compte auprès d’Ubisoft et rester connectés à ce compte afin de jouer au jeu. Cela signifie que si vous perdez votre connexion Internet, le jeu s’arrêtera automatiquement et tentera de rétablir la connexion. Cependant, si vous avez la malchance de ne pas pouvoir vous reconnecter à Internet, vous devrez continuer à partir de votre dernière partie sauvegardée. perdre tout progrès que vous avez pu faire depuis lors. Ce sera le cas pour tous les titres PC d’Ubisoft, qu’ils jouent en solo ou en multijoueur. Bien que la gestion des droits numériques soit utilisée depuis un certain temps déjà pour lutter contre le piratage de DVD et de CD, ce sera la première fois qu’elle sera utilisée pour un jeu vidéo. À la lumière de la mise en œuvre de DRM par Ubisoft, Matthew Humphries de Geek.com, prévient qu’il est possible qu’éventuellement même les jeux de console nécessitent une inscription en ligne pour pouvoir y jouer.

Quelle est donc la raison de tout cela ? Selon Denis Dyack, le patron de Silicon Knights, la vente de jeux d’occasion cannibalise le profit du marché primaire du jeu. Il affirme également que le marché des jeux d’occasion fait en quelque sorte augmenter le prix des jeux neufs. Sa solution proposée est de s’éloigner des disques physiques et d’adopter la distribution numérique. Essentiellement, il aimerait voir des services comme Steam ou Origin d’EA remplacer les copies papier traditionnelles. Il y a même des rumeurs selon lesquelles la X-Box 720 adoptera l’utilisation exclusive des téléchargements numériques et n’utilisera pas du tout les disques. Reste à savoir si Microsoft suivra réellement ce plan.

On pourrait dire que Sony a déjà jeté les bases pour empêcher les jeux d’occasion de fonctionner sur leur futur système. À tout le moins, ils ont déjà fait beaucoup d’efforts pour rendre les jeux d’occasion beaucoup moins désirables. Kath Brice, de Gamesindustry.biz, a rapporté que le dernier jeu SOCOM pour PSP, SOCOM: U.S. Navy SEALs Fireteam Bravo 3, obligera les clients qui achètent une copie d’occasion à payer un supplément de 20 dollars pour recevoir un code pour jouer en ligne.

J’aimerais voir des preuves quantifiables pour étayer l’affirmation selon laquelle les jeux d’occasion nuisent en fait aux ventes de jeux neufs. Sans quelques faits réels, cela me semble être beaucoup à faire pour rien. Par exemple, en 24 heures, Modern Warfare 3 s’est vendu à 6,5 millions d’exemplaires, générant 400 millions de dollars de ventes. Corrigez-moi si je me trompe, mais vous n’avez pas entendu Infinity Ward se plaindre du marché des jeux d’occasion et de son impact sur ses résultats. C’est probablement parce qu’ils sont trop occupés à compter leur argent gagné en créant des jeux auxquels les gens veulent vraiment jouer. Imagine ça. Peut-être que le problème n’est pas que les jeux d’occasion ont un impact négatif sur la vente de nouveaux jeux, mais plutôt que les développeurs de jeux doivent créer de meilleurs jeux pour lesquels les joueurs sont prêts à payer le prix fort.

À mon avis, tous les jeux ne valent pas 60 $ simplement parce que c’est le prix de détail suggéré. En regardant les choses objectivement, tous les jeux ne sont pas créés de la même manière, donc tous les jeux ne méritent pas de coûter 60 $. Que ce soit parce que ce jeu particulier n’a pas répondu aux attentes et à la hauteur du battage médiatique ou parce qu’il manque de toute sorte de valeur de rejouabilité. Il est ridicule de prétendre que les joueurs devraient payer le gros prix pour chaque jeu

Leave a Reply

Your email address will not be published.